Bientôt l’été, comment se préparer aux fortes chaleurs ?

été

Quand on pense à l’été, on pense immédiatement aux vacances à la plage. Toutefois, l’été peut aussi être source de problème : que ce soit avec les risques de déshydratation, d’insolation ou encore les piqures de moustiques, les coups de soleil, la transpiration exacerbée, … C’est pourquoi dans cet article, nous allons voir les quelques petits réflexes bons à prendre pour passer le meilleur des étés possible.

Boire de l’eau pour conserver un organisme sain

Vous n’êtes pas sans savoir que notre organisme a besoin d’eau pour vivre. En temps normal, les scientifiques recommandent de boire l’équivalent d’une bouteille d’1,5 litres par jour. Toutefois, il est important de bien revoir cette recommandation à la hausse lorsque vous faites du sport ou que vous transpirez à cause des fortes chaleurs.

En effet, en vacances on a tendance à naturellement modifier ces habitudes à peut-être boire un peu plus d’alcool ou de sodas. Il est donc important de ne pas tomber dans le piège car même si là il s’agit toujours de boire des liquides vous ne pouvez pas remplacer un verre d’alcool par un verre d’eau. Ultimement et pour éviter toute forme de « gueule de bois » chaque verre d’alcool devrait être associer un verre d’eau (la consommation d’alcool étant un facteur de risque de la déshydratation). En cas de forte chaleur, le ministère de la santé recommande de boire un verre d’eau par heure et un verre à deux verres d’eau toutes les demi-heures en cas d’activité sportive.

L’hydratation cellulaire est un paramètre important qui influx sur la mort cellulaire. Lorsqu’on est en déshydrations cellulaire on le sentiment de soif qui nous provoque l’envie de boire toutefois si on ingère trop de sel on risque de provoquer un déséquilibre entre l’hydratation intra et extracellulaire dans le but de maintenir l’homéostasie. Si une personne est déshydraté, cela peut devenir très grave pour la santé de la personne concernée.

Se protéger des UV tout en bronzant

En été il fait plus chaud et on a tendance à plus se découvrir, laissant notre peau plus longtemps au contact des UV. Il est important de bien se couvrir que ce soit en portant des lunettes de soleil, des casquettes ou encore en mettant de la crème solaire. Les personnes ayant la peau claire sont plus à risque et doivent donc au début se protéger avec de la crème solaire à un haut indice de protection. L’huile végétal de pépins de framboise peut apporter une protection et un arome subtil à vos crèmes solaires.

Vous pourriez vous demander comment obtenir un bronzage halé tout en se protégeant. De manière générale les rayons du soleil agissent à l’aide des UV sur les mélanocytes qui sont des cellules de la peau qui produisent le colorant naturel de notre corps. En fonction de notre carnation naturelle nos mélanocytes produiront deux colorants dans des proportions différentes. Ces colorants sont l’eumélanine et la phaeomélanine. L’eumélanine est la molécule qui permet d’avoir un teint bronzé tandis que la phaeomélanine fait rougir notre peau au contact du soleil. Les personnes caucasiennes ont tendance à avoir en plus forte proportion la phaeomélanine tandis que les personnes africaines ont plus d’eumélanine.

D’autres molécules peuvent stimuler la pigmentation naturelle de la peau sans nécessiter au préalable une exposition au soleil. Ces molécules ont d’ailleurs permis élaboration de crème et de produit autobronzant qui sont disponible dans le commerce. Or, Le pigment naturel des carottes et patates douces, est le bêta-carotène. Un apport en béta carotène permet donc de stimuler le bronzage de notre peau. Cet apport peut se faire par l’alimentation mais aussi en cosmétique par voie cutanée. Le macérat huileux de carotte appliqué par voie cutanée en massage, la veille au soir d’une exposition ou après exposition, en même temps que l’après solaire permet de stimuler la pigmentation naturelle de la peau.

Forte chaleur et jambes lourdes

La température a une influence sur la circulation. En effet, notre température interne est d’environ 37°C. Toutefois, tout au long de la journée nous produisons de l’énergie sous forme de chaleur. Pour être à l’aise, la température ambiante doit être aux alentours de 25°C. On peut ainsi comparer notre corps à un moteur qui doit être bien ventiler pour ne pas surchauffer. Quand il fait chaud les capillaires sanguins se dilatent provoquant ainsi une vasodilatation et une diminution de la tension artérielle. Alors qu’à l’inverse quand il fait froid nos vaisseaux sanguins se resserrent améliorant la circulation sanguine. Lorsqu’il fait chaud en été, les personnes ayant une circulation sanguine sensible peuvent développer ce qu’on appelle « des jambes lourdes ». Dans ce cas-là, les jambes sont en insuffisance veino-lymphatique. Il est courant d’observer des œdèmes (gonflement des jambes), des varices (avoir les vaisseaux sanguins qui ressortent) et ressentir comme des sortes de fourmillements dans les jambes.

Pour soulager ce problème, de nombreuses solutions existent. En première intention, il est courant de recommander des bas de contention qui agissent mécaniquement sur les vaisseaux sanguins. Toutefois comme des collants normaux, cet équipement tient chaud et n’est donc pas forcément le remède le plus adapté en cas de forte chaleur d’été. De nombreuses plantes comme le ginkgo, la vigne rouge ou encore l’hamamélis, ont des propriétés astringentes permettant de tonifier la circulation sanguine. Des infusions à base de vigne rouge à la fin des repas peuvent ainsi être intéressante. De même, que vaporiser ses jambes avec de l’hydrolat d’hamamélis permet de rafraichir et de tonifier les jambes. A savoir, que ces plantes médicinales sont reconnues par l’agence mondiale de la santé (OMS).

Autres petits désagréments de l’été

Bouffés de chaleur et transpiration

Lorsqu’il fait chaud, pour maintenir l’homéostasie les glandes sudoripares vont être activé provoquant de la transpiration parfois excessive en fonction du métabolisme de la personne. De même en période de ménopause, les femmes secrétant moins d’œstrogène peuvent être victime de bouffés de chaleur qui peuvent être amplifier en cas de forte chaleur. Certaines plantes médicinales peuvent alors être intéressante sous forme d’hydrolat qui n’est autre qu’une eau aromatique pouvant être utilisé comme un brumisateur aux vertus médicinales. La menthe poivrée est une plante qui a des vertus refroidissantes à ce titre elle peut être utilisé autant pour rafraichir que pour prévenir des bouffées de chaleur et des jambes lourdes. Pour les femmes ayant des modifications hormonales telles que la ménopause, la sauge officinale ayant des propriétés œstrogène-like permet de réduire l’apparition de bouffées de chaleur d’origine métabolique et aide à mieux les gérer.

Moustique et invasion d’insecte

Il y a couramment plus de moustique en été. Ce constat est directement lié à la température. En effet, les moustiques se développent lorsque les températures atmosphériques sont douces (ne descendant pas en dessous de 15°C la nuit). Pour diminuer le risque de vous faire piquer la nuit, vous pouvez bien-sûr investir dans une moustiquaire mais vous pouvez également faire fuir les moustiques grâces aux propriétés naturelles de certaines plantes. Ainsi, si vous diffuser de l’huile essentielle de géranium rosat dans un diffuseur vous aurez l’effet d’un bon anti-moustique chez vous. Cette huile essentielle peut aussi être intéressante pour soulager les piqures de moustique grâce à l’action de ces molécules aromatiques propre à la plante de géranium, c’est un produit naturelle deux en un.

Prendre soin de sa beauté au naturel
Pourquoi passer au zéro déchet ?